Les anciens de Baratier

Les anciens de Baratier

Ah! les dates!

 

 

Explications de Ralph Beisson sur ses commentaires

concernant les dates, en particulier des Vétérans.

 

 

 


J'ai découvert ce site il y a quelques jours à peine, donc n'ai encore pu le parcourir entièrement; quelques points pour justifier mes brèves remarques ou erreurs d'il y a 48 heures (années 4+959 et 1960.

 

 

 

Vérifications opérées - et E.O.E. -, je n'ai participé qu'à deux séjours en colonie avec La SAGETO D'OR : 1959 et 1960.

 

 

 

 

1959: j'ai eu l'honneur et la douleur de faire partie de l'équipe d'installation des deux colonies:
- à Charance (Petit Séminaire) pour les filles, qui y sont arrivées en car le 4 juillet en fin d'après-midi, dortoirs et tentes parfaitement opérationnels, ainsi qu'
- à 1959 Baratier (Val St Paul) pour les garçons, où les opérations d'installation ont duré du 4 au 9 juillet, les 'colons' arrivant en fin de journée du 9 juillet. Les travaux y étaient beaucoup plus importants : il fallait tout nettoyer et y installer les marabouts des 'plus grands' en haut du grand pré jouxtant le bâtiment de la colo. Le Père Jacques dût même détruire un nid de guêpes ou frelons au chalumeau!…
Aux fins de confirmation, il doit encore être possible de prendre contact avec les dames de service (nos héroïnes de l'époque) ; participèrent simultanément aux travaux d'installation: le R.P.Jacques de la CELLE, M et Mme RODDES, M et Mme JONVEAUX, Martine PRINCIPATO, Roberto di MARCO, Ange BELDA, Jean-Pierre RODDES, Jean et Marc BRUN, le R.P. James MOORE nous rejoignant en son temps.

 

 


Le Dimanche 26 juillet (plus que probablement) se tînt à Charance (GAP) la JOURNÉE DES PARENTS. Le défilé d'arrivée des garçons était impeccable, fanfare en tête avec ce curieux débouche-mouise-major, suivi d'une caisse claire, de la clarinette d'Yves Schoenlaub ( ?) et de la trompette de Maurice ARNAUD. Suivaient les CASTORS, menés par Paul DIJOUD, suivis/précédés par une bande de 'névrosés' (les Vétérans) en pyjama portant une énorme banderole affichant « NOUS VOULONS L'ÉGALITÉ DES SEXES » (Note de Victor: l'avant de la banderole indique "GASTON NOUS MOURRONS POUR TOI"). En fin de matinée, la messe était dite par les Pères James MOORE et Jacques de la CELLE sous les arbres bordant la propriété ; Robert MEISSONNIER était décoré par M. JAMMES (de la Direction Départementale de la JEUNESSE & des SPORTS) sur l'esplanade principale où tous les colons (garçons et filles) étaient rassemblés.

Après le déjeuner pris dans l'herbe et sous les arbres avec les familles présentes, l'après-midi était réservé à un grand spectacle mixte : danse des 'couscous' avec les Tout-petits, danse écossaise avec les Petites, danse hindoue et 'Mayim-Mayim' par les Moyennes, danse russe par Nicky ÉTIENNE et Michèle GAUTHIER, danse 'country' des filles du 'Camp' – parmi lesquelles Monique ARNAUD, Maryse BEISSON, peut-être Yvonne BERTRAND (?) , un sketch de Max Reinier (Roncevaux) par les Grands, 'Sur les marches du palais', chant choral dirigé par Louise PASCAL, et j'en passeÂ… Parmi le personnel d'encadrement, citons Lilou, bien sûr Mme LAUGIER, Maryse FABRE, Mado PERRIER, Françoise BON, Geneviève LAVIGNE, Anne-Claire ALIQUOT et bien d'autres : alors qu'elles semblent oubliées sur votre site, faut-il rappeler que la 'SAGETO D'OR', c'était également une superbe brochette de jeunes filles.

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse de Victor

 

 

 


  D'abord merci pour tous ces détails et ces noms, tombés la plupart dans l'oubli. Que l'un d'entre nous se souvienne, alors certains souvenirs nous reviennent.

 
Année 1959: le fameux "débouche mouise-major" sur la photo, c'est moi en 1961 ! J'étais aux Vétérans. C'est bien à Charance et je suis suivi effectivement suivi par Yves Schoenlaub (entre autres), puis par les Vétérans en pyjama menés par Bertrand Blanche devant la banderole (merci pour le texte qu'on y voit!).

  Et puis en 59, j'avais seulement 13 ans! Voir les commentaires là:

  http://baratier.blog4ever.com/photos/les-vatarans-1961

 

 

 

Pour le reste je ne peux rien dire de spécial.

 

 

 

  Année 1960: il y a confusion dans les anniversaires. Il s'agit de la 25ème année de présence de Gaston et du 10ème anniversaire de la S.O.G. De plus les colons n'ont pu partir la veille du 3 août (sauf peut-être certains qui ne restaient qu'un mois), puisque la colo s'étendait sur 45jours. Le dernier numéro du journal de la colo est d'ailleurs daté du 15 août 1960. Tout cela est indiqué ici:

 


https://static.blog4ever.com/2012/06/704058/echo-1960-nouveau-scan.pdf

 


  Je suppose que tu ne verras pas d'objection à ce que je mettes ton message sur le blog, dans la section "Témoignages et réflexions", pour que tout le monde en profite. J'attendrai néanmoins que tu me le confirmes.
  Et si jamais tu avais des photos (tu parles de diapos), nous serions tous intéressés de les voir...

 

 

                                   Réponse de Ralph   

 

 

 

Je ne souhaite pas à tout crin avoir raison en quoi que ce soit : je sais trop  que la mémoire est capricieuse ; les indications qui sont portées sur mes photos datent cependant de l’époque même où elles ont été prises et les publications viennent renforcer certains éléments à l’occasion.



Il n’empêche que comme tambour-major tu en imposes : fallait y penser ! Je dispose d’une bonne diapositive où tu apparais très bien, mais cela ne peut être en 1961, car je suis convaincu de n’avoir pas été à Charance cette année-là (pom-polongpom pom pom… voir Cloclo ou the Four Seasons).



Tout d’abord, en 1959, j’étais à Charance et Baratier pour l’installation des colos, à Avignon ensuite jusqu’au 14 juillet pour les joutes sur le Rhône, à Charance pour la Journée des Parents (on nous voit sur le toit de l’autocar arriver à Charance… on était un peu  ‘fada’ à cette époque, le chauffeur aussi !), puis j’étais de retour à Avignon pour le Centenaire de ‘Mireio’ les 5 et 6  septembre – avec tous ces groupes folkloriques en ville et sur la Place du Palais.

 

La ‘Sageto d’Or’ fut une association créée en 1936, ce qui explique qu’en 1960, on ait célébré son 25° annniversaire (dans les 25 ans, il convient d’intégrer l’année 1936 bien sûr, problème des intervalles en maths… Maurice Arnaud l’expliquerait bien mieux que moi, cela va de soi).

Le tirage ronéo intitulé ‘Val St Paul An X’, dont j’ai un exemplaire original chez moi (1° page sur papier A4  de couleur saumon), a été distribué en août 1960 : il fête, c’est vrai, le 10° anniversaire de la présence de la colo à Baratier, achetée en 1951 (même problème des intervalles : après Le Malzieu (Lozère), la colonie démarrait à Val St Paul en 1951, année qui fait partie des 10 ans ; donc à nouveau ‘correspondance’ : 1960 fut bien la 10° année d’activité à Baratier. Puis, étant attaché plus ou moins librement à la direction de la colo à l’époque, j’ai personnellement participé aux tirages des stencils et agrafages de ce numéro… tout comme j’ai eu le grand plaisir de retrouver nos musiciens Yves Schoenlaub, Maurice Arnaud et d’autres dans la fameuse et chouette cave (style Quartier Latin) en soirée.

Il est, par ailleurs, tout à fait possible que les colons soient restés plus longtemps : à vrai dire, je ne m’en souviens pas, certainement parce que je n’ai pas participé à leur départ. Et de fait je suis rentré sur Avignon avec Francis de HOOCK (originaire de Dunkerque) le 3 août, avec mon exemplaire de ‘Val St Paul’ déjà tiré, car j’avais à préparer un déplacement en Allemagne. Je dispose – entre autres - d’une photo du 14 juillet 60 montrant Yves Schoenlaub et Maurice Arnaud lors de la cérémonie aux Morts de Baratier, d’une autre (même date) montrant François Carignon en porte-drapeau, d’une autre avec Jean Pederzoli avec quelques Castors, d’une autre encore montrant Michel PIN et Maurice LEFEUVRE lors du déjeuner du 25° anniversaire (31 juillet 60 – avant l’incident, je crois).

Autre point intéressant : je crois bien n’avoir pris aucune photo en juillet 1961, en août  oui, mais c’était lors d’un mariage et en septembre à l’occasion d’un voyage à Londres et sa banlieue. Le mystère de la pompe et de la banderolle ‘Nous Voulons l’Egalité des Sexes’ reste donc entier pour moi : qui (nous deux, mis à part) pourrait intervenir sur le sujet, as-tu une piste STP ?

 

Pour situer plus avant, en dehors de la colo. j’avais à l’époque pour copains proches et amis Christian MOREL, François CARIGNON, Gilbert ASTAY (Tété), Maurice LEFEUVRE (entre autres) et nous avions ensemble des activités très fréquentes, de sorte que je connaissais fort bien leurs familles et leurs frères et/ou sœurs : Michèle et Alain CARIGNON, Gérard LEFEUVRE (déjà surnommé ‘Tonkin’), et leurs parents (Jo CARIGNON, le papa journaliste d’une part – qui rejoindra bientôt Vizyle et le siège du ‘Dauphiné’ (Grenoble) avec toute sa famille, Alexandre LEFEUVRE – le Conseiller Municipal d’Avignon d’autre part, cadre à la Sécu, père des deux ‘flèches’, etc.  Par le lycée, je connaissais également certains autres copains, tels Maurice ARNAUD, (je ne cite pas tout le monde, car nombre d’entre eux/elles ne participèrent jamais à la Colo. J’avais également dix-huit ans, mais n’était pas ‘colon’ – ce qui était un gros handicap, donc ma connaissance de noms de colons est forcément limitée, à part les vedettes telles Jean BARBATI, Pébron (Roger FABRE), BUSI (Norbert, me semble-t-il ?), Jean BARBATI, Régis CHAUDON (fils de l’imprimeur qui aidait beaucoup à la Paroisse), Denis MIONE…



Puisque j’habitais rue Louis Pasteur à cette époque, je connaissais également une partie des jeunes [et parfois leurs aîné(e)s] fréquentant la Paroisse des Carmes : Christiane BONNET de VILLARIO, Geneviève LAVIGNE, Paulette DESCAMP, Madeleine de GUILLERMIER, Louise PASCAL (dite ‘Lilou’) fille du Lieutenant des Sapeurs-Pompiers encore installés à deux pas rue Carreterie, Madeleine PERRIER et sa sœur, Maryse FABRE (sœur de Roger, dit ‘Pébron’), Françoise et Renée BON, Joëlle MARESCAUX, Yvonne BERTRAND, Christian SALTARELLI, Véra PEDERZOLI, Monique ARNAUD – sœur de Maurice-, Nicole ETIENNE (future épouse de Gilbert).

 

S’agissant des diapositives, je dois disposer d’une cinquantaine de ces clichés – qui avec le temps ont souvent perdu de leur éclat : il y également une photo intéressante (ou deux) avec Jean-Pierre RODDES, Gilbert ASTAY, Maurice LEFEUVRE et François CARIGNON lors d’un dîner de clôture de la Kermesse des Carmes.

 

 

 

 

 



18/04/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi